La Cagoule

Parmi les nombreuses ligues qui pullulent au milieu des années 30, il y a un certain Comité secret d’action révolutionnaire (CSAR) qui n’était rien d’autre qu’un groupement d’extrême droite soutenu par quelques gros industriels, mais aussi par certains éléments de l’armée, dont le fondateur (en 1935) était un polytechnicien du nom d’Eugène Deloncle. Ce mouvement affiche sans s’en cacher des idées à la fois anticommunistes et antirépublicaines, ce qui est dans l’ordre des choses puisque cette association était composée essentiellement d’anciens royalistes et de ligueurs proches de l’idéologie fasciste. Cette association allait être vite dénommée par la presse « la Cagoule ».

Né après les émeutes du 6 février 1934, ce mouvement allait très vite se signaler par des actions violentes destinées à déstabiliser le gouvernement de Front Populaire, arrivé au pouvoir (le 4 juin) à la faveur de la victoire de la gauche aux élections d’avril et mai 1936. La manière de lutter de « la Cagoule » se manifeste notamment par des assassinats, tels ceux des frères italiens antifascistes Rosselli sur ordre vraisemblablement de Mussolini (juin 1937), et par le sabotage des bâtiments de la Confédération générale du Patronat français, tuant deux policiers en faction, et de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (septembre 1937). A ce propos on peut constater que « la Cagoule » ne s’en tenait pas uniquement à faire des exactions vis-à-vis des mouvements de gauche.

La lutte contre le mouvement s’engage sous l’impulsion du ministre de l’Intérieur Max Dormoy, lequel s’inquiète de plus en plus des projets de « la Cagoule ». Celle-ci en effet voulait renverser la république, qualifiée avec insolence de « gueuse », pour être remplacé par un régime autoritaire dont le chef de l’Etat serait Philippe Pétain. Dormoy réussit à démanteler en partie l’organisation à la fin de l’année 1937, laquelle avait compté jusqu’à 3000 « abonnés » (ils s’appelaient ainsi) à Paris et sans doute autant en province, ce qu’il paiera de sa vie en 1941 (nuit du 25 au 26 juillet). Au passage cela montre que non seulement Dormoy n’avait pas mis totalement hors de nuire « la Cagoule », mais que celle-ci continuait à disposer des moyens suffisants pour poursuivre ses méfaits, et maintenir un stock d’armes important.

Cela dit la guerre va provoquer de profondes divisions parmi les représentants de l’organisation, avec toutefois un penchant vers le régime de Vichy pour la plupart d’entre eux. Certains « cagoulards » sont mêmes de hauts responsables de la police de Vichy ou des collaborateurs avérés. Joseph Darnand par exemple était un des chefs de la Milice, ce qui lui vaudra d’être condamné à mort et exécuté en octobre 1945. En revanche Maurice Duclos sera un des premiers à rejoindre de Gaulle. D’autres encore comme Gabriel Jeantet  ont soutenu clandestinement la Résistance, après avoir été au cabinet civil du maréchal Pétain. Paul Dungler pour sa part sera un des héros de la résistance alsacienne

« La Cagoule » sera démantelée définitivement en 1947. Certains des « abonnés » seront mis sous les verrous, mais en nombre finalement assez limité (un peu plus d’une centaine), et beaucoup d’autres seront amnistiés ou même réhabilités. Ensuite en 1948 ce sera le procès de l’organisation elle-même qui va concerner en tout 49 inculpés…arrêtés en 1937. Les peines iront de la condamnation à perpétuité à dix ans d’emprisonnement, mais ceux qui avaient fui à l’étranger seront condamnés à mort par contumace, la peine de mort n’étant requise que pour deux d’entre eux. Quant à Eugène Deloncle, son fondateur, il sera assassiné par la Gestapo le 7 janvier 1944, cette dernière le soupçonnant de relations avec les services secrets de l’armée allemande opposés à Hitler.

esca

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s